Auteur

Margriet de Moor

BIOGRAPHIE

Margriet de Moor est le nom de plume de Margaretha Maria Antonetta Neefjes, née en 1941 à Noordwijck, dans une famille catholique et entourée de neuf frères et sœurs. Le thème de la sororité est d’ailleurs central dans son œuvre littéraire. Elle étudie le piano et le chant au Conservatoire royal de La Haye, et apprécie particulièrement la musique de Schönberg, Satie et Debussy. Elle commence une carrière de chanteuse et effectue également des études d’histoire et d’archéologie. Margriet de Moor publie un premier recueil de nouvelles, Op de rug gezien, en 1988, avant de rencontrer un succès international avec son premier roman, Gris d’abord puis blanc puis bleu, qui paraît en France chez Robert Laffont en 1993. Ce livre, qui évoque les non-dits et faux-semblants qui ponctuent la vie d’un couple, remporte le AKO Literature Prize. Le hasard et ses conséquences, l’impossibilité de connaître réellement l’autre, aussi proche soit-il de nous, la musique et l’amour sont des thèmes qui jouent un rôle important dans ses romans. Mais également l’Histoire, si importante dans des romans comme Le Virtuose et Duc d’Égypte : si le premier évoque l’amour que porte une femme à un castrat dans la Naples du XVIIIe siècle, le second met en scène une merveilleuse histoire d’amour et le destin tragique des Tziganes. Dans ses romans les plus récents, Margriet de Moor réussit à transmettre la sensibilité du monde intérieur de ses personnages comme très peu d’écrivains savent le faire : la musicalité de sa phrase, le sens du détail inattendu, la hardiesse des descriptions parfois grinçantes éclatent dans Une catastrophe naturelle, qui relate la tragédie de 1953 – des inondations qui firent plus de 1800 morts dans le sud-ouest des Pays-Bas – et l’étrange destin de deux sœurs jumelles que la mort va curieusement rapprocher… Avec Le peintre et la jeune fille, la romancière renouvelle la fiction historique et met en scène la trajectoire de deux marginaux que l’art unit le temps d’un court instant : le peintre Rembrandt et Elsie, jeune Danoise exécutée pour avoir assassiné sa logeuse à coups de hache… L’œuvre de Margriet de Moor est désormais traduite en plus de vingt langues.

BIBLIOGRAPHIE

  • Au premier regard, Grasset, traduit par Françoise Antoine, 2018 (à paraître).
  • Le Peintre et la jeune fille, Libella-Maren Sell, traduit par Annie Kroon, 2012.
  • Une catastrophe naturelle, Libella-Maren Sell, traduit par Danielle Losman ,2010.
  • Le Rendez-vous, Seuil, traduit par Danielle Losman, 2003.
  • Duc d’Egypte, Seuil, traduit par Danielle Losman, 1999.

Pendant la Comédie du Livre, Margriet de Moor sera présente sur le stand de la librairie Sauramps.

Photo : ©John Foley

#Littérature étrangère

Margriet de Moor