Auteur

Stefan Brijs

BIOGRAPHIE

Stefan Brijs est né à Genk, dans le Limbourg flamand, en 1969. Il vit désormais en Espagne. En 1999, il décide d’abandonner son métier d’enseignant pour se consacrer à l’écriture. Son premier roman, De verwording (Perdition, 1997), placé sous le signe du réalisme magique, révèle l’écrivain qui publie ensuite critiques et nouvelles dans les quotidiens De Morgen et De Standaard. Dans les pages de ce dernier, il fait paraître une série de portraits d'écrivains flamands oubliés. Les romans Arend (Aigle, 2000) et Twee levens (Deux vies, 2001) lui permettent de conquérir de nombreux lecteurs en Belgique et aux Pays-Bas. Mais c'est avec De engelenmaker (Le Faiseur d'anges, publié en France chez Héloïse d’Ormesson), que Stefan Brijs s'impose sur la scène littéraire internationale. Les droits du roman sont acquis dans une quinzaine de pays, le roman se vend à 175 000 exemplaires et remportent de nombreux prix, parmi lesquels la Chouette d'or et le Prix des lecteurs des Littératures européennes de Cognac. Thriller scientifique et métaphysique, Le Faiseur d'anges met en scène la paisible bourgade de Wolfheim, que vient bouleverser le retour du docteur Hoppe et de trois mystérieux triplés dont les difformités suscitent rumeurs et craintes… Depuis, Stefan Brijs a publié plusieurs romans et essais, parmi lesquels Post voor mevrouw Bromley, publié en 2015 en France sous le titre Courrier des tranchées. Cette vaste fresque romanesque plonge cette fois son lecteur en pleine première guerre mondiale, à Londres, interroge les notions de courage et de lâcheté, et confirme les nombreuses facettes du talent d'un auteur habile à mêler roman historique, récit d'apprentissage et méditation sur la guerre et la duplicité de l'âme humaine.

BIBLIOGRAPHIE

  • Courrier des tranchées, Héloïse d’Ormesson, traduit par Daniel Cunin, 2015.
  • Le Faiseur d’anges, Héloïse d’Ormesson, traduit par Daniel Cunin, 2010.

Pendant la Comédie du Livre, Stefan Brijs sera présent sur le stand de la librairie Gibert.

Photo : ©Annaleen Louwes

#Littérature étrangère

Stefan Brijs