Auteur

Peter Terrin

BIOGRAPHIE

Peter Terrin est né à Tielt, petite ville de la Belgique flamande, en 1968. Il fait ses premiers pas en littérature à l’âge de trente ans, avec un recueil de nouvelles intitulé De Code, puis publie Kras, son premier roman, en 2001. D’autres suivront, parmi lesquels Blanco, en 2003, qui fait déjà une large place au thème de la peur et de la paranoïa. Son premier livre traduit en français, De Bewaker, a paru aux Pays-Bas en 2009 puis chez Gallimard en 2013 sous le titre Le Gardien. Huis-clos d’anticipation, le roman nous projette dans le sous-sol d’un immeuble où deux gardiens veillent avec zèle à la sécurité du bâtiment. À l’extérieur, le monde a été vraisemblablement détruit par un conflit nucléaire. Mais l’irruption d’un troisième personnage vient briser la routine des deux hommes et réveillent chez eux méfiance, angoisse et paranoïa. Peter Terrin réalise ici une fable allégorique, aux confins de l’absurde, qui interroge à la fois la violence du monde moderne et nos peurs ancestrales : la peur de l’autre, celle de la solitude. Le gardien est récompensé par le Prix de Littérature de l’Union européenne. En 2015, le romancier publie Post-mortem, un roman semi-autobiographique, encore non traduit en France, dans lequel il met en scène et en jeu des événements dramatiques de sa propre vie et la figure d’un écrivain avec lequel il semble partager beaucoup de traits. Ce texte qui met en jeu la fiction et ses illusions lui vaut une grande reconnaissance publique et critique : il remporte le prix littéraire AKO qui distingue chaque année une œuvre littéraire écrite en néerlandais. Avec Monte-Carlo, paru en 2014 et tout juste traduit en France, Peter Terrin poursuit son étude de la psyché et du basculement psychologique, en disséquant les sentiments de frustration et de manque de reconnaissance qu’éprouve le personnage principal. Persuadé d’avoir été spolié d’une gloire qui aurait naturellement dû lui revenir, le mécanicien Jack Preston finit par perdre contact avec la réalité et basculer dans la folie.

BIBLIOGRAPHIE

  • Monte-Carlo, Actes Sud, traduit par Guy Rooryck, 2017.
  • Le Gardien, Gallimard, traduit par Anne-Lucie Voorhoeve, 2013.

Durant la Comédie du Livre, Peter Terrin sera présent sur le stand de la librairie Gibert.

Photo : ©  Jef Boes

Source : Site des Editions Actes Sud et Babelio.

#Littérature étrangère

Peter Terrin