Auteur

David van Reybrouck

BIOGRAPHIE

Né à Bruges (Belgique) en 1971, David Van Reybrouck est considéré comme l’un des intellectuels européens les plus influents aujourd’hui. Après des études de philosophie et d’archéologie aux universités de Cambridge et de Louvain, il obtient un doctorat à l’université de Leyde, aux Pays-Bas. Ses intérêts académiques ont porté sur l’histoire de l’animal dans sa relation à l’homme aux XIXe et XXe siècles. Il a travaillé sur l’histoire et l’architecture des zoos en Europe occidentale. Également poète, l’écriture devient à partir du milieu des années 2000 son activité principale. Alors qu’il travaillait sur sa thèse, David Van Reybrouck découvre l’existence d’un auteur sud-africain, Eugène Marais, qui aurait été plagié par le grand Maurice Maeterlinck, prix Nobel de littérature. Le Fléau raconte l’enquête qu’il décide alors de mener. Il écrit également pour le théâtre : Mission, créée en 2007, met en scène un missionnaire belge en Afrique, ses efforts pour aider ceux qui l’entourent, l’irruption de la guerre et l’état de confusion spirituelle qui s’empare alors de lui. De nombreux prix, dont le AKO Literature Prize, et un grand succès international accompagnent la parution de Congo, une histoire, en 2010. Le livre remporte également le Médicis essai en 2012. Essai total, Congo retrace 90 000 ans d’histoire, de la Préhistoire à l’implantation industrielle d’une importante communauté chinoise, et mobilise une documentation titanesque nourrie de voyages et d’entretiens avec les Congolais, mais également de la propre histoire familiale de l’auteur : son père a en effet travaillé dans les années 60 pour les Chemins de Fer du Bas-Congo-Katanga. Parmi les initiateurs et animateurs du G1000, initiative réunissant un millier de Belges des deux communautés linguistiques principales et recherchant une meilleure organisation démocratique, David Van Reybrouck est un écrivain engagé. Dans Contre les élections, il analyse l’enlisement et la paralysie qui gagne nos démocraties, pointe du doigt le culte des élections et la permanence de réflexes aristocratiques chez les élus, et plaide pour l’instauration d’un tirage au sort résonné qui rendrait voix et possibilité d’agir aux citoyens. Avec le psychothérapeute Thomas d’Ansembourg, il a récemment publié La paix ça s’apprend ! Guérir de la violence. Ensemble, ils réagissent aux attentats du Bataclan et des terrasses de Paris, et réfléchissent aux moyens de combattre la violence, l’agressivité et la peur, proposant à chacun des exercices psychiques, et la culture d’une véritable « intériorité citoyenne ».

BIBLIOGRAPHIE

  • Zinc : essai, Actes Sud, traduit par Philippe Noble, 2016.
  • Congo, une histoire, Actes Sud, traduit par Isabelle Rosselin, 2014.
  • Contre les élections : récits, Actes Sud, traduit par Isabelle Rosselin et Philippe Noble, 2014.
  • Le Fléau : récit, Actes Sud, traduit par Pierre-Marie Finkelstein, 2013.
  • Mission, Actes Sud, traduit par Monique Nagielkopf, 2011.
  • Le Fléau, Actes Sud, traduit par Pierre-Marie Finkelstein, 2008.
  • Stephan Venfleteren, Belgicum : essay, Lannoo, 2007.

Pendant la Comédie du Livre, David van Reybrouck sera présent sur le stand de la librairie Sauramps.

Photo : © Lenny Oosterwijk

Source : Site des Editions Actes Sud.

#Littérature étrangère

David van Reybrouck