Auteur

Bernardo Atxaga

Avant de devenir l’écrivain basque le plus lu dans le monde, Joseba Irazu Garmendia, alias Bernardo Atxaga, a d’abord été un garçon avide de lectures, puis un adolescent passionné des œuvres de Dostoïevski et du poète Gabriel Aresti. Né le 17 juillet 1951 à Asteasu, près de Saint-Sébastien, au Pays basque, Bernardo Atxaga a suivi des études d’économie à l’Université de Bilbao.

Son premier livre, Ziutateaz, fiction hybride qui mêle poèmes, descriptions, fragments dramatiques, est publié en 1976 et s’inspire directement de l’expérience infernale que fut pour lui le service militaire. Etiopía, son premier recueil de poèmes, paraît deux ans plus tard. Salué comme le fondateur de la poésie basque contemporaine, il obtient le Prix national de la critique espagnole, une récompense que l’auteur a depuis reçue à cinq reprises. Au début des années 1980, Atxaga décide de se consacrer pleinement à sa carrière d’écrivain et rejoint Barcelone pour y suivre des études de philosophie. Il s’essaie alors à l’écriture dramatique et à la littérature pour la jeunesse. En 1988, vient la consécration avec Obabakoak (les gens d’Obaba) : récits et nouvelles d’un petit village basque, largement inspirés de son enfance passée au milieu de paysages verdoyants et bercée par les mythes et légendes racontés par les anciens. L’ouvrage reçoit le Prix national de la Littérature l’année suivante avant d’être traduit en plus de vingt langues.

Le fils de l’accordéoniste, émouvante mise en abîme littéraire, reprend les thèmes essentiels de son œuvre : le paradis perdu et retrouvé, la mémoire, la trahison et l’héroïsme, la faute, la culpabilité et la beauté du monde. Son œuvre poétique, traduite en de nombreuses langues, reste malheureusement peu connue en France.

BIBLIOGRAPHIE

Shola et la tante d’Amérique, Joie de lire, 2015. Traduit par Anne Camels. 104 p.

Urkizu, Joie de lire, 2013. Traduit par André Gabastou. 100 p.

Mémoire d’une vache, Joie de lire, 2012. Traduit par Anne Calmels. 209 p.

Sept maisons en France, Bourgois, 2011. Traduit par André Gabastou. 273 p.

Shola et les lions, Joie de lire, 2009. Traduit par André Gabastou. 42 p.

Obabakoak : les gens d’Obaba, Bourgois, 2007. Traduit par André Gabastou. 408 p.

Le fils de l’accordéoniste, Bourgois, 2007. Traduit par André Gabastou. 551 p.

Un espion nommé Sara, Joie de lire, 2000. Traduit par André Gabastou. 184 p.

Un cheveu sur la langue, Serpent à Plumes, 1995. Traduit par André Gabastou. 204 p.

En dédicace sur le stand de la librairie Le Grain des mots (P1)
Vendredi : 16H
Samedi : 14H
Dimanche : 12H

#

Bernardo Atxaga