Andrés
Trapiello

Andrés Trapiello est né le 10 juin 1953, à La Vega de Manzaneda. Enfant, il découvre la littérature grâce à la bibliothèque de son oncle. Élevé au sein d'une fratrie de neuf enfants, le jeune Andrés se réfugie au grenier pour échapper au bruit et s'adonner au plaisir de la lecture. Expulsé très tôt du domicile familial en raison de ses convictions communistes, le jeune homme passe quelques temps à Madrid, avant de rejoindre Valladolid.

Il s'engage alors comme militant au sein des jeunesses communistes et commence des études de Philosophie et de Lettres. Durant cette période, il écrit pour divers journaux et revues, aiguisant ainsi son style. De retour à Madrid, Andrés Trapiello travaille au sein d'un programme de littérature pour la télévision. Finalement licencié quelques années plus tard, il décide de se consacrer exclusivement à la littérature. Depuis 1980, il a dirigé une revue de poésie et fondé les éditions Trieste puis La Veleta.

Récompensé du Prix de la critique en 1993 pour son œuvre poétique, Andrés Trapiello est particulièrement célèbre pour Salón de pasos perdidos, journal en 18 volumes considéré par la critique comme l'un des plus grands projets littéraires de notre époque. Acteur majeur de la scène littéraire de son pays, essayiste et chroniqueur pour les journaux La Vanguardia et El País, Andrés Trapiello est mieux connu en France pour ses romans. Les Amis du crime parfait, couronné du Prix Nadal en 2003, met en scène un groupe de passionnés de récits policiers qui se réunissent afin d’élaborer « le » chef d’œuvre du genre, en imaginant un crime parfait. Jusqu’à ce qu’un crime réel vienne un beau jour perturber la confrérie. Avec Heureux comme jamais, Andrés Trapiello s’attaque au tabou de l’inceste et interroge les contradictions morales de nos sociétés.

Plus jamais ça, dernier livre de l’écrivain publié en France, évoque la Guerre civile espagnole, la bataille des mémoires, la construction de l’histoire et l’imposture de certaines positions intellectuelles.

BIBLIOGRAPHIE

Plus jamais ça, Quai Voltaire, 2014. Traduit par Catherine Vasseur. 261 p.

Heureux comme jamais, Quai Voltaire, 2011. Traduit par Caroline Lepage. 282 p.

Les Amis du crime parfait, Quai Voltaire, 2009. Traduit par Caroline Lepage. 363 p.

Les armes et les lettres : littérature et guerre d’Espagne, La Table Ronde, 2009. Traduit par Catherine Vasseur. 525 p.

D’un rêve à l’autre, Buchet Chastel, 2005. Traduit par Ramon Romero Naval. 144 p.

Les vies de Miguel de Cervantès : biographie, Buchet Chastel, 2005. Traduit par Alice Déon. 313 p.

À la mort de Don Quichotte, Buchet Chastel, 2005. Traduit par Alice Déon. 454 p.

D’un vaisseau fantôme, La Table ronde, 1994. Traduit par Alice Déon. 250 p.

© DR

Lisez les premières pages de Plus jamais ça sur le site Internet des Éditions de la Table Ronde

En dédicace sur le stand de la librairie Le Grain des mots (P1)
Vendredi : 16H30 
Samedi : 11H30 / 17h30 

    Voir aussi

  • Table ronde
    29 May
    Centre Rabelais
    20:30

    Les fantômes du passé : littérature et mémoire 

    AVEC ANDRÉS TRAPIELLO, FERNANDO ARAMBURU, DAVID MACHADO, ANTONIO ALTARRIBA. 

    ANIMÉ PAR JONATHAN SIKSOU, JOURNALISTE LITTÉRAIRE. 

    Espagne et Portugal ont connu, mutatis mutandis, des histoires parallèles et parfois communes. Les littératures contemporaines portugaise et espagnole interrogent ainsi le XXesiècle et ses drames, ses guerres, ses dictatures, ses idéologies contrefaites et mortifères, ses utopies sanglantes, mais également ses espoirs et ses héroïsmes. Trois romanciers et un scénariste de roman graphique évoquent ici le rôle de l’Histoire et de la mémoire dans leur oeuvre. 

  • Entretien
    30 May
    Auditorium de La Panacée
    10:30

    Voix de poète espagnol : Andrés Trapiello 

    ANIMÉ PAR FRANÇOIS SZABO, MAISON DE LA POÉSIE. 

    Si le romancier et essayiste Andrés Trapiello est désormais traduit et beaucoup lu en France, le poète reste hélas ignoré de ce côté des Pyrénées. Cette rencontre souhaite réparer en partie cette injustice et donner un aperçu de l’importance de son oeuvre poétique, riche de nombreux recueils.