Rencontre

Stéphane Hessel aurait eu 100 ans : réflexions sur la démocratie

Date
20 Mai 2017 20:30
Lieu

Manuela Carmena, maire de Madrid ; Isabel Alba, romancière espagnole ; Sylvie Crossman, éditrice de Stéphane Hessel

Trois femmes pour témoigner de leur expérience de la démocratie : Manuela Carmena, maire de Madrid ; Isabel Alba, romancière et sociologue espagnole ; Sylvie Crossman, éditrice de Stéphane Hessel – qui aurait eu 100 ans cette année - et de son manifeste au succès planétaire : Indignez-vous !              

Manuela Carmena, juriste, figure historique de l’anti-franquisme, est devenue maire de Madrid en juin 2015, portée par une plate-forme citoyenne issue du mouvement du 15M, premier « mouvement de place » né à la Puerta del Sol à Madrid, le 15 mai 2011. Depuis, elle conduit une expérience unique, se réclamant d’une politique « non-violente féminine féministe », empruntant à l’expérience historique des femmes pour inaugurer une nouvelle vision de l’autorité où tout citoyen, homme comme femme, peut se reconnaître. Elle est l'auteur de Parce que les choses peuvent être différentes, traduit de l’espagnol par Delphine Vinck, 2016.

Isabel Alba est  l’auteure de La véritable histoire de Matias Bran, épopée historique et familiale, qui se déroule en Hongrie. L’auteure y restitue une « République des conseils », évènement demeuré très méconnu, quand le mouvement ouvrier hongrois en 1919 prit en main son destin durant quelques mois seulement. Mais le récit intercale des « collages » renvoyant au temps présent et au pourquoi de ce roman politique dont Isabel Alba nous restituera les enjeux.

Sylvie Crossman retracera quant à elle la genèse d’Indignez-vous ! Elle rappellera surtout combien ce manifeste était, aux yeux de son auteur, un appel à une insurrection des consciences, comme d’ailleurs l’Espagne allait le démontrer, celui de tous les pays du monde qui sut s’emparer avec le plus d’imagination créative de ce libelle pour repenser la démocratie d’abord comme une alliance vivifiante de consciences.

Animé par Jean-Pierre Barou.

 

#Table ronde